Contexte Politique Notable

Inauguration de Michael Djotodia, président autoproclamé de la République Centrafricaine (Reuters)
Seleka ne parvient pas à stabiliser la RCA

Seleka, une coalition de quatre groupes rebelles principalement du nord de la République Centrafricaine (RCA), a renversé le gouvernement du président François Bozizé en mars 2013. Toutefois, les nouvelles autorités, dirigées par le président autoproclamé Michael Djotodia, n'ont pas réussi à établir la sécurité dans Bangui et les villes environnantes depuis le coup d'Etat, et la coalition est de plus en plus fragmentée. Les troupes Seleka continuent à tuer, violer et piller les civils en toute impunité, ce qui provoque un mécontentement généralisé et une agitation périodique.

L’UA lance des forces de paix en RCA

Le 19 juillet, le Conseil pour la Paix et la Sécurité de l'Union Africaine (UA) a autorisé la Mission Internationale de Soutien en RCA sous une direction africaine (AFISM-CAR), qui intégrera des éléments de la Mission existante pour la consolidation de la paix en Centrafrique (MICOPAX). La mission a reçu plusieurs mandats, y compris la protection des civils et la restauration de l'autorité du gouvernement central. Elle opèrera aux côtés de la mission de lutte contre la LRA autorisée par l’UA (UA RTF), même si aucun mécanisme pour coordonner les activités et partager l’information n'a encore été établi.

Diplomatie de la part de l’UA ouvre la voie à la reprise des opérations ougandaises

Les troupes ougandaises opérant dans le sud-est de la République Centrafricaine sous l'autorité de la RTF AU avaient officiellement suspendu leurs opérations contre la LRA après le coup de mars 2013. Les tensions entre les nouvelles autorités centrafricaines et les troupes ougandaises ont augmenté après que Djotodia ait menacé d'envoyer des troupes Seleka dans le territoire sous contrôle ougandais suite à une attaque infructueuse sur la ville d'Obo par un nouveau groupe armé. Toutefois, en juin 2013, Djotodia a signé une déclaration réaffirmant son soutien à la UA-RTF et permettant aux troupes ougandaises de reprendre les opérations contre la LRA. Le Conseil de Paix et de Sécurité ainsi que le Conseil de Sécurité de l'ONU ont également encouragé l'armée ougandaise à reprendre les opérations. Le gouvernement ougandais n'a pas encore annoncé officiellement la reprise de ses activités, mais aurait l'intention de le faire.

Kony reste probablement dans l’est de la RCA

Joseph Kony, le chef de la LRA, a souvent bougé entre l’est de la RCA et l’enclave sous contrôle soudanais du Kafia Kingi, une zone contestée à la frontière du Soudan du Sud et du Soudan, depuis 2010. Il a résidé dans Kafia Kingi, où l'Ouganda et d'autres troupes RTF n'ont pas l'autorisation d’opérer, tout au long de la fin de 2012 et au début de 2013. Il aurait ensuite traversé la frontière pour retourner en RCA, mais il pourrait être en train d’opérer dans des zones où les troupes ougandaises ont une capacité logistique limitée pour fonctionner.